Le tabac

S’il est naturellement interdit de fumer dans l’espace de la Maison des Maçons et du Musée, ce dernier présente cependant de nombreux objets se rapportant au tabac. Quitte d’ailleurs à en étonner plus d’un aujourd’hui, ce sont ses vertus médicinales qui assurèrent le succès du tabac lors de son arrivée en France dans les années 1560, quand, sur les conseils de Jean Nicot, les migraines du roi François II s’estompèrent grâce à la prise. Que ce soit en le fumant (pipe ou « segar »), en le mâchant (chique) ou en le prisant, le tabac devint un véritable phénomène de mode répandu dans toutes les classes sociales.

Les Francs-Maçons, naturellement, ne pouvaient rester à l’écart de ce véritable mouvement de société, comme en témoignent les collections de notre musée : tabatières, pots à tabac, pipes, puis, avec l’avènement de la cigarette, étuis, cendriers,…

En ce qui concerne plus spécifiquement les tabatières maçonniques, elles sont de toute taille, de toute matière, de tout décor symbolique. Peintes, sculptées ou gravées de symboles, parfois simplement enrichis d’une plaque en argent portant l’équerre et le compas, elles sont toujours reconnaissables au premier coup d’œil, extériorisant l’appartenance de leur propriétaire à l’Ordre.